Survivors
Bienvenue sur le Forum des Survivors !

Inscrivez-vous ou connectez-vous afin de pouvoir délirer à nos côtés ! N'hésitez pas à poster !

Notre équipe de modérateurs vous invite d'aller faire un tour dans les Chambres et de profiter des Fan-Fictions que les membres écrivent !
Vous pouvez postuler au groupe des filles OU des garçons afin d'avoir accès aux sujets spéciaux.
Afin de discuter de tout et n'importe quoi nous vous conseillons d'aller dans la Taverne et si vous voulez participer à des jeux du forum dirigez-vous plutôt vers l'Arène !

Merci, et bonne visite à vous !


Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
☼ Le Forgeur d'Esprit ☼
☼ Le Forgeur d'Esprit ☼
Age : 22
Messages : 2441
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.quisontmesamis.com/quizz/h1054305
09062015
~
MAGE & SORTILEGE
~               ~              ~
 
 

0] Introduction


0.1) L'enrôlement:

0.1) L'enrôlement

Le Soleil a presque terminé sa course dans le ciel, l’herbe a séchée à cause de sa puissance des derniers jours dans la région où se situe la ferme d’une modeste famille de paysans. La mère s’occupe de mettre quelques légumes dans la soupe et le père rentre les chevaux quand trois étranges individus encapuchonnés rentrent sur leur propriété. Le père, un grand et robuste barbu s’approche des intrus, armé d’un bâton de marche afin d’éprouver leurs intentions. Une femme, au visage caché par la capuche l’interroge sur ses enfants mais il se méfie trop pour lui répondre, il s’inquiète pour sa famille car il a entendu des rumeurs sur des brigands qui s’attaqueraient aux maisons éloignées des cités ces derniers temps. C’est à ce moment là qu’une de ses deux filles sort de l’étable, elle a les cheveux d’un roux presque orange et des yeux d’un vert-azuré. Elle porte une petite robe blanche et un tablier bleu, et est chargée d’un seau remplie de lait. La femme demande alors si cette jeune fille est bien âgée de 11 ans et est bien née une nuit où la Lune était rouge dans le ciel. Le père s’interroge sans donner de réponse, comment une inconnue pourrait savoir ça ? Il est vrai qu’il est rare qu’une Lune rouge éclaire le ciel, mais il s’agit d’un détail que très peu de personnes connaissent, car il éveillait trop de rumeurs toutes plus farfelues les une que les autres quand sa fille est née. L’inconnue enlève sa capuche et révèle son visage tatoué d’une rune sur le front, un diadème orné d’une perle violette brillante dans ses cheveux longs et blonds. Elle présente son groupe comme faisant parti de l’ordre des mages d’Alindril, une cité réputée pour son académie de sortilège. Le reste de la famille de paysan intrigué par cette femme rejoint le père, une autre petite fille plus jeune que la précédente, aux cheveux bruns vient prendre la main de sa sœur qui a posé le seau près de la porte d’entrée. L’inconnue s’adresse directement aux parents en leur disant qu’ils sont sûrs et certains qu’une jeune fille sensible à la magie est née il y a 11 ans lors de ce qu’elle appelle « la circonvolution de feu » et qu’elle soupçonne qu’il s’agit de leur fille ainée. Les parents ne savent pas quoi penser de cette nouvelle, d’autant plus que la femme continue en disant qu’elle devrait venir avec eux pour qu’elle soit formée pour devenir une mage. Les parents ont envie de répondre non, car ils savent ce que cela veut dire, qu’ils ne reverront sans doute jamais leur fille et elle devra se débrouiller seule toute sa vie, mais ils connaissent également ces histoires où les plus puissants mages qui ont existés ont pu parcourir le monde, amassant richesse et connaissance, toujours tournés vers les gens et n’agissant pas pour des intérêts personnels. Qui ne rêverait pas de faire parti d’un ordre aussi prestigieux que celui des mages d’Alindril qui a déjà vu être formé deux mages ayant appartenu au Premier Ordre ? Les parents finissent par accepter la proposition de la femme inconnue en contrepartie d’une importante somme d’argent. Les adieux se font difficiles, la jeune fille ne comprend pas pourquoi elle devrait aller avec ces inconnus alors qu’elle se sent bien auprès de sa famille. Les larmes coulent à flot, surtout sur le visage de sa petite sœur qui se voit arracher sa sœur qu’elle appréciait tant. C’est cela la dure réalité de la vie des mages, arrachés jeunes à leurs familles pour étudier des sortilèges et amasser des connaissances.  Et comme n’importe quel mage du monde, cette jeune fille commença sa vie d’aventure par ce déchirement dans son cœur, celui de perdre sa famille. Mais ce qui est triste marque aussi le début d’une incroyable histoire d’aventure et de courage, l’histoire de cette mage aux cheveux de feu : Siël Ourha.


0.2) La spécialisation:

0.2) La spécialisation

Presque neufs ans plus tard, la jeune fille est devenue une femme. Toujours à l’académie de magie, elle apprend sortilèges, rituels et connaissances diverses de la part des meilleurs professeurs d’Alindril. Mais Siël a un gros problème : elle n’arrive pas à choisir sa spécialisation. En effet, chaque apprentie se doit de choisir un domaine de magie qu’il explorera sous toutes ses coutures, que se soit la magie de combat, les contres-sortilèges, l’illusionnisme, le soin, les enchantements, la métamorphose etc. Les Sages, les plus anciens mages d’Alindril qui prennent toute décision concernant l’académie, n’autorisent pas qu’un mage puisse utiliser toutes les formes de magie. Un apprenti peut s’essayer à tous les domaines, mais seulement dans les niveaux les plus bas et dans le seul but de choisir sa voie. Hélas, notre pauvre Siël n’arrive pas à se décider sur ce qu’elle préfère, sauf qu’elle doit se décider rapidement désormais, elle n’a plus beaucoup de temps avant d’atteindre l’âge butoir des 20 ans. Dès qu’elle fêtera son vingtième  anniversaire, elle sera considérée comme une mage et non plus comme une apprentie, mais si elle n’a pas de spécialisation d’ici là, Siël devra dire adieu à la magie et sera renvoyée de l’ordre des mages. La jeune fille sait très bien ce qui l’attend, mais ça va faire 9 ans qu’elle étudie toutes les formes de magie alors qu’il est conseillé de se décider dès la deuxième année d’apprentissage. Les Sages envisagent déjà des mesures extrêmes si elle ne choisit pas, comme la renvoyer avec des bracelets d’anti-magie, des sortes de menottes qui bloquent toute puissance magique. Le plus ancien des Sages préconise même de la tuer, car il avance le fait qu’elle a été trouvée grâce à une vision prophétique alors que les autres élèves ont été enrôlés après s’être présentés à l’académie et avoir passé des tests pour connaitre leur niveau de magie. Heureusement la plupart des sages ne sont pas d’accords, surtout aux vues des parfaits résultats qu’elle réunit dans les spécialisations principales. Sauf que, tout le monde n’est pas enchanté d’avoir une élève indécise, qui pourrait très bien choisir un chemin obscur dans le futur vu les connaissances multiples qu’elle a déjà emmagasiné. Il y a même des élèves qui jalousent ses capacités et qui connaissent très bien la règle de l’âge butoir, d’ailleurs, deux élèves qui viennent d’avoir 20 ans vont à la rencontre de Siël,  qui marche dans les jardins de l’académie, un livre de cours contre le haut de sa robe grise d’élève ordinaire. Un des jaloux est brun, avec une barde de trois jours et porte une tenue de cérémonie jaune, signifiant qu’il est dans la spécialisation des « contres-sortilèges », l’autre quant à lui, un blond, porte la tenue la plus respectée dans l’académie : une tenue cérémonielle noire aux bords rouges et un manteau couleur de feu. Il fait partie des rares apprentis qui ont choisis la spécialisation de la « magie de combat » et qui ont réussit les examens. Le rouge de sa tenue signifie qu’il maitrise le feu comme première « école » de magie. Siël les connait, elle les déteste, elle cherche à faire mine de ne pas les avoir vu en passant à côté d’eux mais les deux hommes se retournent vers elle et disent des méchancetés dans son dos. Les grossièretés volent au dessus de la tête de la jeune femme, elle s’en contrefiche. Mais ce qui la fit réagir est cette phrase « Cette démone va bientôt partir de toute façon, elle pourra revoir sa famille de moins que rien en enfers, là où sa race est en train de se prostituer. »




S’il y a une chose qui la fait réagir, c’est bien qu’on insulte sa famille, ce n’est certes pas violent, mais le stresse et le poids de la décision qu’elle doit prendre ne l’aide pas à prendre une décision plus sage ici. Elle lâche son livre au sol, se retourne vers les deux idiots et se met à les défier du regard, elle lève la main mais se ravise, se disant que si elle les blesse elle aurait des gros problèmes avec les Sages. Mais le mage de combat dit une formule en langue Elfique - la langue des incantations - des cailloux qui forment le chemin où ils marchent s’élèvent dans les airs et foncent en direction de Siël qui tend finalement sa main droite et dit :




Siël : { Bareinder }   (« annulation », contre-sortilège)




Tous les projectifs se désintègrent en une fine et légère poussière magique rouge qui s’envole dans les airs. Le sort « bareinder » est un contre-sortilège permettant de détruire tout ce qui vole en direction du lanceur. C’est un sort répandu, tout comme le sortilège qu’utilise Siël juste après, en avançant le plat de la main vers les deux autres mages :




Siël : { Taoün’dril  Æira } (« La main de l’air », sort de combat)




Une bourrasque de vent bouscule les deux mages, mais celui qui est spécialisé dans les « contres-sortilèges » se protège avec ses bras devant son visage, ce qui lui permet de résister au sort car il se sert de « néga-magie » afin de ne pas être affecté. Mais il n’a pas le temps de faire autre chose, car Siël est très vive en combat, et lance rapidement une entrave magique sur les deux garçons, ce qui leur pétrifie les doigts juste en disant la formule :




Siël : {Stohïk nem}  (« Pétrification des doigts », enchantement)




Mais c'est alors que les deux hommes se mettent à rigoler, ce qui étonne Siël car aurait plutôt imaginé qu'ils auraient honte d'avoir perdu si facilement. Saut que tout ceci n'était qu'une mascarade et un Sage apparaît derrière la jeune rousse qui se rend compte que les deux idiots avaient juste l'intention de la piéger pour qu'elle soit sanctionnée.



0.3) Le jugement:

0.3) Le jugement

Quelques heures plus tard, Siël fait face au conseil des Sages. Elle a clamée sa bonne foi, en expliquant qu’elle n’a fait que répondre à une attaque des deux autres étudiants. Mais tout ce qu’elle dit se retourne contre elle, on lui reproche de mentir ou d’avoir cédé à la colère. Certains parlent de malédiction, d’autres de bannissement mais ce qui fait réellement mal à Siël c’est de constater qu’elle n’est même pas écoutée et elle les regarde débattre. Elle a les yeux mouillés et sent ses jambes devenir lourdes quand ils commencent à parler d’exécution. Mais c’est à ce moment là qu’une femme entre bruyamment dans la salle, imposant le bruit de ses talons à chacun de ses pas, ce qui force les Sages à se taire. Siël reconnait la femme qui est venue la chercher chez elle neuf ans auparavant. Maintenant cette femme blonde porte la robe blanche de « prêtresse », le titre que l’on donne aux plus grandes utilisatrices de la magie de soin. Elle prend ouvertement la défense de Siël en rejetant la faute sur les deux autres élèves, étonnement elle se fait écouter comme si le respect qu’avaient les Sages pour cette femme les calmait. Mais aucun n’est d’accord avec elle, ils disent qu’ils doivent prendre une décision car Siël ne s’est toujours pas spécialisée, et qu’il faut la bannir avant qu’elle apporte plus de problèmes à l’académie. La prêtresse ne peut pas contester cela, Siël voudrait bien avoir choisit, mais au fond d’elle la jeune fille ne souhaite pas faire un choix, elle veut tout étudier ou rien du tout. La femme la regarde dans les yeux, du haut de ses talons puis se retourne vers les Sages et dit qu’il est vrai qu’après s’être battue, Siël ne peut pas être autorisée à choisir maintenant sa spécialisation, c’est une décision qu’on ne peut pas prendre après avoir fait une erreur. Le conseil conclut quelques instants plus tard que Siël sera expulsée de l’académie des mages d’Alindril. La jeune femme n’en croit pas ses oreilles, ils vont lui mettre un bracelet néga-magique ! Elle ne pourra plus jamais utiliser le moindre sortilège. Cette décision lui fait comme un poignard dans le dos, elle n’arrive plus à parler et tout se passe très vite. Un Sage vient lui mettre un bracelet de bronze avec des gravures elfiques dessus à son poignet droit. On lui autorise à prendre que peu d’affaires, elle n’a le droit à aucun livre. Siël se change, troquant sa robe grise pour un pantalon marron et un gilet rouge qu’elle cache sous une cape de voyage grise foncée. Alors qu’elle est dans le hall d’entrée, le sac qui symbolise toutes les affaires qu’il lui reste sur l’épaule, la prêtresse s’approche d’elle, la prend dans ses bras en glissant quelque chose d’invisible dans son sac et lui souhaite de vivre une vie trépidante, pleine d’aventure. La femme blonde lui demande de ne pas en vouloir aux Sages, et de ne pas se désespérer, que la magie reviendra forcément dans sa vie, d’une façon ou d’une autre. Siël se force à ne pas pleurer, par fierté et s’en va sans se retourner, le pas décidé vers une destination inconnue. 



0.4) Le grimoire d'Azülr:

0.4) Le grimoire d'Azülr

La vie est retournée à son court dans l’académie d’Alindril, plus personne ne parle de Siël alors que ça ne fait que trois jours qu’elle est partie, comme si elle n’avait jamais existé. Mais ce soir là, c’est un évènement inattendu et qui a de grosses répercutions qui se présente aux portes de l’académie. En effet, alors que tout le monde dort, une personne cachée sous une longue cape noire se tient devant les grilles du domaine étudiant, accompagnée par une trentaine d’hommes et de femmes armés d’épées et de haches et portant pour la plupart des masques gris qui sont en fait des crânes humains. Quelques uns sont barbouillés de runes de sang. L’individu sous la cape se tourne vers ses hommes et récite une puissante formule avec une voix grave en écho :


Inconnu: {Straeim ehn no Luücia thruim magis ghuil no obscü’dril  Néga}  (« Energie  de la Déesse Lucia de protection obscure néga-magique », invocation de magie noire)


Une aura violette s’installe autour de tous les combattants qui se trouvent devant lui. Le meneur se dresse ensuite face à la grille qui est protégée par une magie, et d’une formule rapide il la fait tomber en morceau :


Inconnu : {Clinford’hin no strella} (« Cisaillement des entraves », néga-magie)


C’est alors que toute la horde de tueurs de mages s’engouffrent sur le territoire de l’Académie. Ils vont dans les dortoirs et élimines sans bruit tous les élèves endormis. Les quelques gardes du domaine ne sont pas des mages mais des braves guerriers qui ont fait des exploits pour de grandes Cités et qui ont été récompensés en s’étant vu attribué un poste ici, mais cette élite ne peut rien contre ces assassins nombreux et lâches, qui s’y mettent à quatre contre un pour être sûr de massacrer le moindre garde. Certains mages qui ont eu la chance de se réveiller tentent désespérément de se servir de la magie de combat pour faire face, mais leur magie n’affecte pas ces hommes, protégés par de la néga-magie de haut niveau. Les assaillants arrivent rapidement dans le bâtiment où sont retranchés les Sages qui n’hésitent pas à utiliser de la magie de haut niveau pour tuer quelques soldats ennemis. Sauf qu’ils sont vite prit de court, tous les soldats entres et même s’ils se défendent et arrive à passer à travers leur protection néga-magique, ils se fatiguent très vite et finissent par craquer et son souvent achevés à même le sol. Il ne reste plus qu’une pièce qui n’a pas été fouillée quand le meneur entre dans le bâtiment, il se rend vers cette salle qui se trouve au sommet d’une tour accompagné de ses meilleurs hommes, ils y trouvent quelques derniers mages qui tentent de se défendre pendant que la prêtresse est en train de réciter une très longue formule en tenant un vieux grimoire. Le chef ennemi dégaine une épée noire dentée qui dégage une aura mortelle. La prêtresse connait cette épée, c’est Mortifère, une épée maudite d’un ancien nécromancien. Alors que Mortifère va trancher la femme qui incante toujours, un mage en tenue blanche apparait à côté d’elle et lance un sort d’attaque mortel :


Mage blanc : {Cahäris’dril Fulgor}    (« Chaîne d’Eclair », sort de combat)


Le Néga-mage pare l’éclair qui fonce sur lui avec son épée mais l’éclair se divise en plusieurs autres qui vont traverser tous les soldats masqués dans la pièce. Le Mage Blanc tente d’utiliser une autre formule mais sa tête roule sur le sol dans une giclée de son sang avant qu’il puisse terminer. Ce qui ne laisse plus que le meneur et la prêtresse dans la petite pièce de la tour. Le propriétaire de Mortifère s’approche pour la seconde fois de la femme mais cette fois il ne la rate pas, lui entaillant le corps avec sa lame noire. La magicienne lâche le grimoire et dit un dernier mot elfique avant de mourir, ce qui a pour effet de faire un grand flash de lumière au niveau du livre qui disparait en laissant le meurtrier frustré de ne pas avoir pu s’emparer de ce manuscrit. Il regarde le corps de la prêtresse qu’il souhaite décapiter pour se venger mais au moment où son épée va l’atteindre elle se désintègre en de la poussière blanche lumineuse. C’est un niveau de magie très particulier qui permet au corps de ne faire qu’un avec l’âme au moment de la mort d’un prêtre, ce qui permet à ces magiciens de faire une dernière chose après leur mort sous la forme d’un esprit. Le magicien noir sait très bien de quoi il s’agit, il s’en retourne là d’où il vient, résigné, mais ne manque pas de mettre le feu à tous les bâtiments d’Alindril avant de disparaitre aussi vite qu’il est arrivé.
 
Cette nuit là, Siël est dans une taverne et boit une bière après avoir mangé un repas chaud. Elle ne fait que regarder le bracelet à son poignet, le retourne sans cesse, elle repense à ce que lui a dit la prêtresse et s’efforce à croire que les Sages ont fait cela pour une bonne raison. Mais elle n’arrive pas à ne pas avoir de regrets, si elle avait choisit une voix elle n’en serait pas là, à se demander ce qu’elle aurait dû faire pour ne pas se retrouver ici, à un bar miteux avec des hommes bourrés qui jouent à des jeux d’argents. Penser à ça l’énerve, elle se lève, paye son repas et demande une chambre à la gérante. Elle monte et découvre une chambre rustique, contenant qu’un lit mais elle a la chance d’avoir accès à une baignoire. Siël pose ses affaires, fait couler de l’eau dans le bain qui a pile poil la réserve pour remplir la baignoire. Elle se déshabille, elle s’apprête à s’épiler mais elle réalise qu’elle ne peut plus le faire en utilisant la magie, c’est dur de perdre tous ces petits trucs qu’elle a appris pour lui faciliter la vie, avant avec quelques formules sur ses jambes, ses poils brûlaient. N’ayant pas le courage d’utiliser un couteau pour le faire, elle fonce directement dans son bain. Elle tente de se relaxer, mais son bracelet est toujours à son poignet et lui rappel une nouvelle fois ce qu’elle a perdue. C’est alors qu’un grand flash de lumière provient de la chambre, ce qui fait sursauter Siël qui renverse de l’eau par terre. La jeune fille sort du bain, elle aimerait prendre des précautions comme se saisir d’un couteau ou s’habiller un peu mais elle n’a rien à portée et la serviette la gênerait plus qu’autre chose si elle devait se battre. Siël prend son courage à deux mains, et pénètre dans sa chambre, nue, les deux poings près de son visage pour cogner s’il faut. Mais la jeune femme ne voit personne, elle découvre un vieux grimoire posé sur son lit. Après avoir mit son haut rouge pour ne pas avoir trop froid, Siël touche le grimoire pour l’ouvrir mais une grande douleur au poignet la fait crier. Son bracelet fond et s’associe à sa peau et se transforme peu à peu en une sorte de tatouage, une flamme rouge dans un cercle de rituel qui fait le tour de son poignet. Elle ne comprend pas, surtout qu’elle ressent une grande énergie, comme une chaleur, la parcourir de l’intérieur et traverser tout son corps de ses pieds à sa tête. La jeune rousse observe son poignet et puis s’empresse d’essayer de lancer un sort, elle dirige sa main vers une bougie et prononce quelques mots elfiques :


Siël : {Dril pyro} (« élément de feu », magie élémentaire)


La flamme grandit énormément,  et semble consommer toute la cire de la bougie. Siël s’empresse d’attraper le bougeoir et le balance dans le bain pour éteindre le feu. Ca n’aurait pas dû faire ça, déjà elle ne devrait pas pouvoir utiliser la magie, mais même sans le bracelet elle n’aurait pas pu donner une telle intensité avec si peu de volonté d’utiliser la magie. La jeune femme saute sur le grimoire, l’ouvre et lit ce qu’il y a d’écrit sur la première page :


« Ce grimoire est rédigé par Hindral Artur Azülr, Mage du Premier Ordre. Toutes mes connaissances sur notre monde magique y sont référencées, ainsi que mes travaux et les sortilèges que j’ai mis au point. Faites un bon usage de ces connaissances, et n’oubliez pas que seul celui qui croit peut réaliser ses rêves. »


Seul celui qui croit peut réaliser ses rêves ? Qu’est ce que ça veut dire ? Qu’il suffit de croire en la magie pour effectuer un sort ? Ou qu’on doit croire en nous pour devenir ce que l’on souhaite devenir ? Des questions trottent dans la tête de Siël quand une étrange poussière blanche se rassemble devant elle, apparaissant de nulle part. La prêtresse apparait, transparente et dans une lumière blanche. Notre jeune mage se lève et baisse au maximum son haut pour cacher un peu plus son corps nu. La prêtresse lui parle alors et lui dit de ne rien dire et d’écouter car elle n’a que très peu de temps. Le fantôme explique ce qui vient de se passer à Alindril, elle parle d’un ordre de mages noirs qui veulent contrôler toute forme de magie dans le monde et prendre le pouvoir afin de diriger le continent pour asservir toutes les races. Elle apprend ensuite à Siël qu’elle lui a confié le grimoire avec un puissant sort de téléportation car elle est la seule mage d’Alindril encore en vie qu’elle ne pense pas corrompue. Même des mages du Premier Ordre pourraient être alliés aux Mages Noirs dont elle ignore le vrai nom. Il faudra faire en sorte de rassembler les différentes communautés magiques afin qu’elles puissent faire face à cet ennemis de l’ombre qui doit déjà avoir un plan bien préparé. Le fantôme finit par dire qu’elle devrait aller voir Ulrich Alister dans la cité d’Honduval, un vieux sorcier qui pourrait l’aider mais qu’elle aurait besoin de la pierre blanche qu’elle avait discrètement cachée dans son sac. Le fantôme disparait aussi vite qu’il est arrivé, sans que Siël ne puisse poser une seule question ou dire un mot. Elle a tellement de questions sans réponse, et maintenant la voilà assignée à une quête qui lui semble très compliquée. La jeune mage attrape son sac et fouille dedans, elle prend la pierre blanche, qui irradie d’une douce lumière quand elle la saisit. Elle prend une carte de son sac et regarde où se trouve Honduval, elle devrait y arriver dans la journée si elle part tôt le matin. Siël range ses affaires et décide de s’épiler comme elle voulait le faire, avant d’aller dormir pour se préparer à la dure journée du lendemain, qui n’est autre que le jour de son anniversaire …



Siël reviendra dans le « chapitre 1 : Le tueur, le fou et l’archère ». 

______________________________________________

Même quand le ciel est sombre et le moral au plus bas, le Soleil continue de briller au dessus des nuages et il finira par rejaillir et nous éclairer de sa douce lumière.
Nombres de "passes à 7" réussies:
Jaunes : 13 / 3 : Rouges

Bleus : 11 / 1 : Oranges

Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
Une nouvelle histoire ! C'est cool ça ! Mais, j'espère que tu vas pas trop t'emmêler les pinceaux avec tout ça. x')
Bon, bah de la magie ! Avec une langue qui vient d'où ? Tu l'as inventée ou je suis le plus inculte des incultes et j'ai loupé un super film ou livre qui traite de magiciens au language elfique ? x)
Bref ! J'ai pas grand chose à dire à part que ça commence bien et qu'on a hâte d'avoir la suite ! Que le jour de son départ pour M. Ulrich Alister (bon sang, mais ce nom me dit tellement quelque chose, un truc qui vient de Dofus... ._.) soit le jour de son anniv', c'est pas anodin ! tongue
avatar
Je devrais pas trop m'emmêler les pinceaux car je sais où je veux emmener les histoires et c'est pas exactement pareil donc ça devrait aller x)

Alors la langue c'est du fait maison ! XD J'ai essayé de garder une petite cohérence même si c'est de l'inventé, genre quand il y a un sort élémentaire c'est "action'dril élément" x) les seuls mots vraiments elfiques ça risque d'être des noms de personnage ou des lieux ^^

C'est pas anodin mais ça changera pas grand chose '-' Et pour Ulrich Alister, je sais plus d'où ça me vient x) Surtout le Alister '-' car Ulrich je pense que ça me vient de Code Lyoko '-' 


Hum, dans la plupart des idées que j'ai pour cette histoires, il y a des scènes et des décors très ... "adultes" on va dire (ça devrait pas être plus détaillé que pour le bain dans ce chapitre), mais j'aimerai savoir si c'est quelque chose qui va déranger. Précisez le ici svp ! Smile
avatar
C'est cool mais je pense que tu aurais mieux fais de finir l'autre histoire avant de commencer celle là, parce que sinon tu ne t'arrêtera jamais (ça en fait déjà trois non terminées)

Après moi j'aime beaucoup ce début car c'est un style d'histoire que j'adore particulièrement !

Mais le fait que "Ulrich" soit vieux, ça va me perturber parce que dans Code Lyoko c'est un beau gosse x)

Enfin j'espère que celle là tu la finira au moins ^^'
avatar
C'est vrai que ça va te faire pas mal de boulot avec toutes ces histoires inachevées ! 'o' Puis on aura trois fois moins de patience maintenant... *w* Ou pas. Bref. Pour répondre à ta question, personellement, ça me dérange pas trop non (si c'est dans l'même registre que la salle de bain, ça devrait aller x)). '^'
Mais sinon, c'est d'mmage de pas plus développer l'aspect anniv'. :d Ca fait information presque inutile. 'o' M'enfin, fais comme tu veux bien sûr, c'po' moi l'scénariste ici. Bref braaaf and brif. T'as prévu un petit planing des sorties de chapitres ? *o*
avatar
En fait, ce qui me bloque sur l'histoire de WAKFU c'est qu'il ne reste que du combat, je dirais qu'il resterait 6-7 suites à écrire (de la même taille que d'habitude c'est à dire 7 pages chacune environ). De plus, l'histoire de WAKFU a des limites (invisibles mais bon ...), je ne peux pas trop faire ce que je veux, je reste dans ce qui a été fait avant et avec de nouvelles histoires je peux explorer d'autres aspects: sentiments, souvenirs, tragédie, amour, scènes de la vie quotidienne, désespoir ... Certes on retrouve tout ça dans SURVIVORS, mais il y a une espèce d'échelon a pas dépasser, je vais essayer d'expliquer en donnant un exemple:
Niveau 1: personnage banal qui parle avec un autre
Niveau 2: mise en place de sentiments retranscrits par la parole
Niveau 3: combat sans détail de sang
Niveau 4: introduction des sentiments ressentis dans l'esprit (ressentis du personnage)
Niveau 5: amour "léger" (limite du bisou)
Niveau 6: description de scènes ordinaires "voyeuses" dans la limite du changement de vêtements
Niveau 7: scènes de sang et de mort (décrit comme une normalité donc aucune atteinte au moral)
----  Limite "WAKFU"
Niveau 8: balance émotionnelle (dilemme moraux du personnage)
Niveau 9: scènes de vie ordinaire "voyeuses" poussée (scène du bain)
---- Limite actuelle de "l'Ecole Droxym" (à cause de la scène des vestiaires)
---- limite actuelle de "MAGE & SORTILÈGE" (à cause de la scène du bain)
Niveau 10: violence détaillée (effet des blessures, réalisme des scènes)
Niveau 11: scène d'amour "medium" (câlin, bisous plus décrits)
Niveau 12: craquage psychologique (pétage de plomb du héro, actions non-héroïques)
Niveau 13: scène d'amour sensation (sensation du personnage pendant une scène "médium")
---- objectif de limite de "L'Ecole Droxym"
Niveau 14: sensation de violence non-voulue, combat moral pendant un combat physique
Niveau 15: scène d'amour "x" suggérée (scène sans détail anatomique, juste suggérer une action)
Niveau 16: mort avec sensation, enjeu sur d'autres personnages
---- objectif de limite de "MAGE & SORTILÈGE"
Niveau 17: scène d'amour "xx" détaillée (actions)
Niveau 18: scène d'amour "xxx' détaillée + sensations (actions + ressentit)

Je sais pas si c'est clair mais voilà ^^" j'essaye de monter en gamme avec ces histoires (ce qui se verra bientôt pour les deux histoires) du coup j'ai pas trop envie de retourner sur une histoire qui est très détaillée au niveau "aspect et combat" mais peu en aspect "sensation et sentiment (attention à la différence ! ^^)"
Du coup, pour l'histoire "SURVIVORS", soit je peux la raccourcir (mettre en second plan des combats qui devaient être détaillés) , soit je vous dit les grandes lignes de toute la fin et je vous laisse l'imaginer voir l'écrire ^^ car je veux bien m'occuper de tous les combats, tous les personnages, mais c'est chaud à ce niveau là ^^"


Bref, je vous laisse donner votre avis car je me perd un peu dans les explications XD en tout cas ce que je peux dire c'est que l'école et la mage sont déjà en cours d'écriture (mais ça va prendre un peu de temps) et une autre idée d'histoire (encore!) est en cours de développement. Mais je n'ai pas de planning ^^" car je galère déjà à respecter un planning IRL alors pour les histoires ça serait chaud '-'
EDIT: au sujet d'Ulrich, tu finiras par t'habituer je pense, et pour te rassurer le rôle du "beau gosse" apparaîtra dans le prochain chapitre Wink
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum